Le Grand Forum des Etalons du Burkina Faso
Bienvenue sur le plus Grand Forum des Etalons

Le système nous informe que vous n'êtes pas connecté ou pas encore membre !

Merci de vous inscrire pour profiter entièrement du forum et contribuer à son développement.


E-mail : contact@gfetalonsburkina.com

Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» Tournoi de l'UMEOA
Hier à 21:30 par nandok

» Fasofoot - J1
Lun 28 Nov 2016, 11:07 par la_methode

» CLASSEMENT FIFA: LE BURKINA FASO GAGNE 17 PLACES
Lun 28 Nov 2016, 10:49 par la_methode

» LIGUE 1 ORANGE CI
Mar 22 Nov 2016, 15:46 par LENANTAIS

» L’ASEC démarre en fanfare (avec un Bancé de gala)
Mar 22 Nov 2016, 11:16 par LENANTAIS

» Un burkinabé rémuant dans le championnat Tunisien
Mar 22 Nov 2016, 09:13 par flow73

» I have done a dream
Mar 22 Nov 2016, 00:33 par mazer

» Que devient Djakis?
Mar 22 Nov 2016, 00:23 par mazer

» LE PROGRAMME COMPLET DE LA CAN 2017
Sam 19 Nov 2016, 08:35 par LENANTAIS

» Plus de peur que de mal pour la FBF
Jeu 17 Nov 2016, 12:42 par LENANTAIS

» Le Burkina s'empare de la tête du groupe D
Mer 16 Nov 2016, 13:46 par LENANTAIS

» Tournoi UEMOA 2016: Tout le calendrier de la compétition
Mer 16 Nov 2016, 10:00 par LENANTAIS

» un membre du Gf en deuil
Lun 14 Nov 2016, 08:49 par la_methode

» FC king realise le grand coup du mercato d'hiver
Ven 11 Nov 2016, 12:00 par LENANTAIS

» Bancé rejoint l 'ASEC MIMOSAS
Jeu 10 Nov 2016, 20:36 par ElMagnifico

» Le début de saison des internationaux
Mer 09 Nov 2016, 13:17 par LENANTAIS

» Quelle équipe des étalons en 2022?
Mar 08 Nov 2016, 12:02 par okasapro

» La liste des 24 pour le Cap Vert
Ven 04 Nov 2016, 20:50 par ElMagnifico

» un match nul qui sonne comme une défaite
Mer 02 Nov 2016, 10:09 par LENANTAIS

» Ocansey Mandela et Dramane Nikiéma vainqueur de la coupe de Guinée
Sam 29 Oct 2016, 18:12 par mazer

Meilleurs posteurs
mazer (2757)
 
okasapro (2601)
 
LENANTAIS (2575)
 
nandok (1214)
 
ElMagnifico (1174)
 
princedelco (1145)
 
megamonous (1109)
 
kango (1015)
 
NABIL (934)
 
Dona (904)
 

Les posteurs les plus actifs du mois
flow73
 
fasoboy
 
LENANTAIS
 
nandok
 
megamonous
 

Ceux qui commencent le plus de sujets
mazer
 
okasapro
 
LENANTAIS
 
kango
 
soum
 
nandok
 
princedelco
 
Dona
 
Eliséo
 
Crystal
 

Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 



CAN 2012 : Le bilan avec Robert Nouzaret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

uujh CAN 2012 : Le bilan avec Robert Nouzaret

Message par nandok le Lun 26 Mar 2012, 14:34

<DIV id=chapeau class=chapeau3>La CAN, c’est fini ! Entre les éliminations des favoris, le parcours incroyable de la Zambie et le l’homogénéisation du football africain, la compétition n’a pas manqué de nous surprendre. Petit bilan de l’édition 2012 avec Robert Nouzaret.</DIV><!-- ARTICLE -->
<DIV id=print class=print2>
<P><STRONG>Afrik-Foot : Robert Nouzaret, si vous ne deviez retenir qu’une chose de cette CAN ce serait quoi ?</STRONG> <BR><STRONG>Robert Nouzaret :</STRONG> Le grand mérite d’Hervé Renard ! Ici, en Europe, dans le public et les médias il était totalement inconnu mais il avait déjà l’estime de ses confrères. Il a démontré ses qualités sur tous les plans. Il gagné la CAN avec une équipe quasi exclusivement composé de locaux et ça ce n’est pas rien. On peut également saluer l’organisation, qui a limité aux maximum les débordements. En 2012, on a parlé que football et c’est tant mieux.</P>
<P><STRONG>La compétition a été marqué par la sortie dès le premier tour de favoris comme le Sénégal et le Maroc et la qualification d’équipes surprises comme le Soudan. Une explication ?</STRONG> <BR>Il y a de moins en moins d’écart entre les sélections africaines. Franchement, à part le Niger, qui, il faut le dire, était en dessous, tout le monde avait une chance d’aller en quart. Les raisons sont simples : le football est devenu un enjeu politique important. Les fédérations ont compris qu’il fallait travailler, se professionnaliser, privilégier la formation, engager de bons techniciens... Tout ça n’est pas le fruit du hasard. D’ailleurs on peut saluer le bon travail des entraîneurs français <I>(Courbis, Dussuyer, Giresse, Renard, NDLR)</I> ou qui ont fait leur classe en France <I>(Zahoui)</I>.</P>
<P><STRONG>La patte "made in France" ça apporte quoi ?</STRONG> <BR>Ils ont amené leur rigueur, leur sens tactique, des domaines où les Africains pêchent encore beaucoup, la beauté du geste ça ne suffit plus. Regardez le dernier vainqueur de la CAN, c’est l’Égypte : pas beaucoup de stars européennes, un bloc défensif compact et très bien organisé. Les joueurs jouent tous dans le même championnat et se connaissent bien. Ça donne de l’avance, surtout quand on sait la difficulté de gérer une sélection.</P>
<P><STRONG>C’est-à-dire ?</STRONG> <BR>Souvent le temps manque, on n’est pas dans un club où on peut façonner une équipe. On arrive, souvent on a un challenge à moyen ou court terme, la plupart des joueurs évoluent en Europe et sont difficile à superviser, la cohésion est plus difficile à trouver. C’est un peu ce qui s’est passé avec la Côte d’Ivoire d’une certaine manière.</P>
<P><STRONG>Justement les Éléphants au même titre que d’autre favoris avaient les moyens techniques de produire un football de meilleur qualité que ce qu’on a vu non ?</STRONG> <BR>Pour les grosses écuries comme la Côte d’Ivoire ou le Ghana, c’est de plus en plus difficile de pratiquer le football spectacle dont vous rêvez. Ce qui prime, désormais, c’est la culture du résultat. Il y a peut être trente ans on pouvait voir des geste techniques qu’on ne voyait pas en Europe, mais ce temps là est fini. C’est bien simple, les meilleurs joueurs ils vont où ? Ils vont en Europe, où ils apprennent un football différent, ils le digèrent, s’y adaptent et finissent par l’adopter. C’est aussi ça la mondialisation, le football s’uniformise.</P>
<P><STRONG>En parlant d’uniformisation, les pays hôtes en quart, c’est une surprise ?</STRONG> <BR>Pour le Gabon non. Si on suit un peu le football africain, on sait que cette équipe recèle de nombreux talents . Pour la Guinée équatoriale les choses sont différentes. Le président a monté une équipe de toute pièce pour que son pays ne soit pas ridicule dans la compétition. Ça va un peu à l’encontre de l’esprit du football, et c’est peut être pour ça qu’Henri Michel est parti. Il préférait s’appuyer sur des joueurs locaux et quelques professionnels, il préférait un travail dans la continuité. Là c’est une équipe montée à coup de dollars et de naturalisations.</P>
<P><STRONG>On évoque de grosses primes pour attirer les joueurs...</STRONG> <BR>Oui mais ça c’est normal, on en peut pas reprocher ça, d’autant que pour ceux qui jouent en Afrique, ça représente une grosse somme <I>(les joueurs Zambiens ont touché une prime de 59 000$ de la part du gouvernement, NDLR)</I>. Pour les "européens", c’est un peu différent mais c’est ça la tradition désormais.</P>
<P><STRONG>Pour conclure il va y a avoir une nouvelle CAN dans un an, avec une nouvelle formule. Ca va changer quoi ?</STRONG> <BR>Les pays qui ont négligé leur préparation ou se sont surestimés, sont prévenus. On devrait sans doute avoir moins de surprises, avec les retour du Cameroun, de l’Algérie, de l’Égypte. Du moins si ces pays savent tirer les leçons de leurs échecs. Pareil pour le Maroc et le Sénégal. Et puis ça va moins pénaliser les grosses équipes africaines, qui devaient enchaîner une coupe du monde avec une CAN, c’était démentiel comme calendrier.</P></DIV><!-- DOCUMENTS -->
<DIV id=mesdocuments class=mesdocuments></DIV><!-- MEME PAYS -->
<DIV class=saut><BR></DIV>

nandok
Animateur
Animateur

Messages : 1214
Date d'inscription : 22/06/2009
Localisation : ouagadougou

Revenir en haut Aller en bas

uujh Re: CAN 2012 : Le bilan avec Robert Nouzaret

Message par nandok le Lun 26 Mar 2012, 14:36

La CAN, c’est fini ! Entre les éliminations des favoris, le parcours incroyable de la Zambie et le l’homogénéisation du football africain, la compétition n’a pas manqué de nous surprendre. Petit bilan de l’édition 2012 avec Robert Nouzaret.
Afrik-Foot : Robert Nouzaret, si vous ne deviez retenir qu’une chose de cette CAN ce serait quoi ?
Robert Nouzaret : Le grand mérite d’Hervé Renard ! Ici, en Europe, dans le public et les médias il était totalement inconnu mais il avait déjà l’estime de ses confrères. Il a démontré ses qualités sur tous les plans. Il gagné la CAN avec une équipe quasi exclusivement composé de locaux et ça ce n’est pas rien. On peut également saluer l’organisation, qui a limité aux maximum les débordements. En 2012, on a parlé que football et c’est tant mieux.

La compétition a été marqué par la sortie dès le premier tour de favoris comme le Sénégal et le Maroc et la qualification d’équipes surprises comme le Soudan. Une explication ?
Il y a de moins en moins d’écart entre les sélections africaines. Franchement, à part le Niger, qui, il faut le dire, était en dessous, tout le monde avait une chance d’aller en quart. Les raisons sont simples : le football est devenu un enjeu politique important. Les fédérations ont compris qu’il fallait travailler, se professionnaliser, privilégier la formation, engager de bons techniciens... Tout ça n’est pas le fruit du hasard. D’ailleurs on peut saluer le bon travail des entraîneurs français (Courbis, Dussuyer, Giresse, Renard, NDLR) ou qui ont fait leur classe en France (Zahoui).

La patte "made in France" ça apporte quoi ?
Ils ont amené leur rigueur, leur sens tactique, des domaines où les Africains pêchent encore beaucoup, la beauté du geste ça ne suffit plus. Regardez le dernier vainqueur de la CAN, c’est l’Égypte : pas beaucoup de stars européennes, un bloc défensif compact et très bien organisé. Les joueurs jouent tous dans le même championnat et se connaissent bien. Ça donne de l’avance, surtout quand on sait la difficulté de gérer une sélection.

C’est-à-dire ?
Souvent le temps manque, on n’est pas dans un club où on peut façonner une équipe. On arrive, souvent on a un challenge à moyen ou court terme, la plupart des joueurs évoluent en Europe et sont difficile à superviser, la cohésion est plus difficile à trouver. C’est un peu ce qui s’est passé avec la Côte d’Ivoire d’une certaine manière.

Justement les Éléphants au même titre que d’autre favoris avaient les moyens techniques de produire un football de meilleur qualité que ce qu’on a vu non ?
Pour les grosses écuries comme la Côte d’Ivoire ou le Ghana, c’est de plus en plus difficile de pratiquer le football spectacle dont vous rêvez. Ce qui prime, désormais, c’est la culture du résultat. Il y a peut être trente ans on pouvait voir des geste techniques qu’on ne voyait pas en Europe, mais ce temps là est fini. C’est bien simple, les meilleurs joueurs ils vont où ? Ils vont en Europe, où ils apprennent un football différent, ils le digèrent, s’y adaptent et finissent par l’adopter. C’est aussi ça la mondialisation, le football s’uniformise.

En parlant d’uniformisation, les pays hôtes en quart, c’est une surprise ?
Pour le Gabon non. Si on suit un peu le football africain, on sait que cette équipe recèle de nombreux talents . Pour la Guinée équatoriale les choses sont différentes. Le président a monté une équipe de toute pièce pour que son pays ne soit pas ridicule dans la compétition. Ça va un peu à l’encontre de l’esprit du football, et c’est peut être pour ça qu’Henri Michel est parti. Il préférait s’appuyer sur des joueurs locaux et quelques professionnels, il préférait un travail dans la continuité. Là c’est une équipe montée à coup de dollars et de naturalisations.

On évoque de grosses primes pour attirer les joueurs...
Oui mais ça c’est normal, on en peut pas reprocher ça, d’autant que pour ceux qui jouent en Afrique, ça représente une grosse somme (les joueurs Zambiens ont touché une prime de 59 000$ de la part du gouvernement, NDLR). Pour les "européens", c’est un peu différent mais c’est ça la tradition désormais.

Pour conclure il va y a avoir une nouvelle CAN dans un an, avec une nouvelle formule. Ca va changer quoi ?
Les pays qui ont négligé leur préparation ou se sont surestimés, sont prévenus. On devrait sans doute avoir moins de surprises, avec les retour du Cameroun, de l’Algérie, de l’Égypte. Du moins si ces pays savent tirer les leçons de leurs échecs. Pareil pour le Maroc et le Sénégal. Et puis ça va moins pénaliser les grosses équipes africaines, qui devaient enchaîner une coupe du monde avec une CAN, c’était démentiel comme calendrier.


nandok
Animateur
Animateur

Messages : 1214
Date d'inscription : 22/06/2009
Localisation : ouagadougou

Revenir en haut Aller en bas

uujh Re: CAN 2012 : Le bilan avec Robert Nouzaret

Message par ElMagnifico le Ven 30 Mar 2012, 17:31

Nouzaret fait bien d'évoquer le côté cohésion de l'équipe Egyptienne. Ce n'est pas partout que le triomphe émane de la France. La plupart des entraineurs locaux africains, s'ils avaient les salaires versés aux entraîneurs expatriés, pouvaient faire aussi des miracles. A travers son analyse on comprend mieux la "réussite" de certaines nations (Guinée Equatoriale). Son analyse fait aussi la part belle aux joueurs locaux. Alors, que nos clubs s'approprient de telles analyses et travaillent à se hisser parmi l'élite africaine.

ElMagnifico
GF-Etalons VIP

Messages : 1174
Date d'inscription : 05/06/2011
Localisation : Manzini / Swaziland

Revenir en haut Aller en bas

uujh Re: CAN 2012 : Le bilan avec Robert Nouzaret

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 00:19


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Stats

Statistiques
Nous avons 1070 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est sibiry ouattara

Nos membres ont posté un total de 32819 messages dans 6198 sujets