Milieu offensif de 21 ans et sociétaire de Clermont Foot en Ligue 2 française, Souleymane Sawadogo peut être présenté comme un attaquant de poche. Rapide et vif, son profil n’est pas sans rappeler le Français Ludovic Giuly, l’Anglais Théo Walcott, voire l’Ivoirien Bakary Koné dit Baky. Comme Baky Koné justement, ou encore Gervinho et Yaya Touré, Souleymane Sawadogo a été formé à la célèbre académie Mimosifcom de l’ASEC d’Abidjan. Passé par le CFO (Burkina Faso), avant d’exporter ses talents en France, à l’AJ Auxerre précisément, le virevoltant ailier fait aujourd’hui les beaux jours de Clermont Foot. Régulièrement présent dans le onze clermontois, Souleymane Sawadogo est parti sur de bonnes bases pour réussir sa seconde saison chez les professionnels. En effet, l’international burkinabè en est déjà à deux buts et quatre passes décisives avec les siens. 
Dans une interview accordée à l’hebdomadaire ivoirien Abidjan Sports, il est revenu sur son choix d’évoluer avec Clermont Foot, bien qu’étant convoité par des écuries plus huppées.« J’ai eu d’autres propositions, mais mon agent et moi avons finalement choisi Clermont car le club nous a présenté un projet viable. Les dirigeants ont aussi montré qu’ils tenaient à moi. Le but était surtout d’aller dans un club où j’étais un peu la priorité des dirigeants. Je ne voulais pas aller dans un grand club pour y cirer le banc », a-t-il expliqué. S’il réussi en ce moment un bon début de saison, en attestent ses statistiques, Souleymane Sawadogo n’entend cependant pas dormir sur ses lauriers et vise haut. « Pour arriver au sommet, il n’y a rien d’autre à faire si ce n’est de travailler. Malgré le talent, quand on ne travaille pas, on n’a rien », a-t-il souligné.
International espoir avec les Etalons, Souleymane Sawadogo vise à présent la prochaine étape : la sélection A du Burkina Faso et n’en fait pas mystère. « Jouer en équipe nationale A fait justement partie de mes objectifs. C’est même l’une des raisons qui m’ont conduis à choisir Clermont. Ici, je joue beaucoup. Je fais plus parler de moi. Si je continue de travailler, de bien m’illustrer avec mon club, je ne devrais pas tarder à être appelé en équipe nationale », a confié le jeune attaquant. A la question de savoir s’il avait en tête l’espoir de disputer la prochaine CAN, il répond par l’affirmative.« Evidemment ! Je ferai tout pour y être », a-t-il clamé. Formé en Côte d’Ivoire, Souleymane Sawadogo est aussi éligible avec les Eléphants. Pourtant sur ce point, l’avis de l’international burkinabè est sans équivoque : Les Etalons ou rien !